Ces tentatives de règlementer l'internet me navrent. Franchement, il y aurait bien d'autres sujets sur lesquels nos élus devraient se pencher. Mais non, ils préfèrent se plonger régulièrement dans des débats stériles qui accouchent de textes de loi inapplicables. Sans compter qu'avec ces choses là, il y a clairement un problème de génération. L'âge et l'expérience de nos députés et sénateurs ne leur sont pas d'un grand secours pour comprendre les subtilités des télécommunications modernes.

En fait, je ne milite pas particulièrement pour ou contre Hadopi, à vrai dire je m'en tape.

En revanche, les illustrations ci-dessous montrent que le combat est perdu d'avance. Les capacités de stockage disponibles sur le marché de l'électronique grand public pour quelques euros rendent vaines toutes tentatives de réglementer ou contrôler les échanges d'informations numériques. Et je ne parle même pas des débits de transferts disponibles pour les particuliers dans les zones urbaines ni des capacités de calcul - et donc de chiffrement - des ordinateurs accumulés partout. J'ai pris volontairement les produits les plus récents - et donc les plus onéreux en avril 2009 - juste pour mesurer la baisse de prix d'ici quelques mois.


64 Go pour une centaine de films et de séries TV dans la poche de votre short, à partager entre amis après les barbecues cet été :

flash64go.jpg 


Cartes pour lecteurs MP3, quelques milliers de titres et de podcasts dans votre casque :


Cartes pour téléphones mobiles, pour éviter d'avoir en plus un lecteur mp3, mettez votre musique et toutes les émissions de radio que vous avez ratées dans votre téléphone et écoutez-les avec un casque bluetooth :

Disque dur externe, de la taille d'une flasque de Wisky, qui contient 1000 Go de données. Vous y mettez ce que vous voulez. Cela ne me regarde pas.


Sur le même sujet, il y a un scénario catastrophe complet proposé par Paul Guermonprez, de l'ISOC France.